Cataracte, DMLA, Glaucome, décollement de rétine, conjonctivite, blépharite, mouches volantes : Quésaco ?

Qui ne s’est jamais inquiété pour ses yeux ? Vous trouverez ci-dessous, les explications qui se cachent derrière les maladies oculaires telles que la cataracte, la DMLA, le glaucome et autres blépharites. Avant de commencer, je tiens à vous préciser que la myopie n’est pas une maladie. En effet, il s’agit d’un défaut visuel. De plus, il n’est pas correct de comparer un fort myope à une personne aveugle : l’un peut être corrigé par des verres de lunettes, l’autre non.

Les maladies insidieuses et sans douleur :
La cataracte :

C’est l’opacification du cristallin à l’intérieur de l’œil causé par l’âge, l’exposition aux UV et les fortes corrections. Elle peut être traumatique, suite à un choc violent à l’œil.

Les symptômes : Eblouissement, baisse progressive de l’acuité visuelle, changement de correction, altération de la perception des couleurs.

La solution : Opération et remplacement du cristallin par un implant. Elle est faite en ambulatoire et reste assez simple.

La DMLA – dégénérescence maculaire liée à l’âge :

Il s’agit de la détérioration des tissus de la partie centrale de la rétine.

Les symptômes : Ils apparaissent après plusieurs mois/années de maladie et pénalisent la vision centrale, celle de la vision précise et des couleurs. Dans un premier temps, les lignes droites sont déformées puis dans les cas les plus avancés de la maladie, le patient voit une tâche noire en vision centrale.

Les solutions : Le laser peut dans certains cas freiner la maladie. Des compléments alimentaires ou traitements médicaux peuvent être conseillés.Il existe des systèmes optiques afin de palier la perte de vision centrale et faire travailler la vision périphérique.

Le glaucome :

Il se caractérise par la destruction du nerf optique responsable de la transmission d’information lumineuse au cerveau du fait de l’augmentation de la pression intra oculaire.

Les symptômes : Il n’y en n’a pas vraiment et c’est au bout de plusieurs années de maladie que la vision périphérique commence à chuter. Il arrive qu’un doute s’immisce lorsqu’une personne se cogne souvent ou parait surprise par l’arrivée de quelque chose ou quelqu’un. Pourtant, un simple contrôle chez l’ophtalmologiste permet de déceler la maladie avant qu’elle ne cause de dégât.

La solution : Des goûtes pour faire chuter la pression oculaire et stopper l’évolution de la maladie. Le nerf optique abimé ne peut être réparé.

Décollement de rétine :

Comme son nom l’indique, la rétine se décolle.

Les symptômes : Chute brutale de la vision, zone noire plus ou moins grande, flash lumineux.

La solution : Il s’agit d’une urgence ophtalmique. En effet, plus le décollement sera important et prolongé plus le risque de séquelles visuelles est important. En attendant la prise en charge, il faut éviter les mouvements et favoriser la position allongée. Les traitements consistent en des séances de laser, la chirurgie et parfois l’application d’un produit spécial dans l’œil afin de maintenir la rétine en place.

Mouches volantes :

Ce sont des petites impuretés, des accumulations de cellules qui flottent dans le liquide intraoculaire.

Les symptômes : L’impression de voir des petites mouches qui bougent devant les yeux.

La solution : Il n’y en n’a pas. Les mouches volantes sont présentes de manière naturelle et s’accumulent au fil des ans. Ainsi, elles ne sont pas considérées comme une pathologie et ne nécessitent pas de prise en charge.

Les maladies douloureuses :
La conjonctivite :

Unilatérale ou bilatérale, virale, bactérienne ou allergique, elle se caractérise par une inflammation de la conjonctive, cette fine membrane sur l’extérieure de l’œil.

Les symptômes : Douleur, irritation, rougeur, sensation de chaleur et larmoiement.

La solution : Jeter ses lentilles et ne plus les porter jusqu’à guérison, selon le type de conjonctivite le médecin precrira des collyres antihistaminiques ou antibiotiques, hygiène des yeux, compresses humides et de la patience.

La blépharite :

Elle peut être unilatérale ou bilatérale, il s’agit d’une inflammation de la paupière.

Les symptômes : œdème et/ou rougeur de la paupière, inconfort, sensation de chaleur et larmoiement.

La solution : Jeter ses lentilles et ne plus les porter jusqu’à guérison. Le médecin prescrira des collyres appropriés, hygiène des yeux, compresses humides.

Le glaucome aigu :

C’est une forme critique du glaucome où la pression oculaire augmente soudainement et de manière très forte dû à un défaut d’écoulement du liquide intraoculaire.

Les symptômes : Douleur oculaire violente, halos colorés, chute de la vision et œil rouge.

La solution : Il s’agit d’une urgence ophtalmique qui nécessitera dans un premier temps un traitement afin de diminuer la pression intraoculaire, puis dans un second temps une intervention au laser afin de créer une évacuation pour l’excès de liquide et éviter la récidive.

 
Egalement, pour savoir comment protéger vos yeux du soeil : c’est par ici !
 

Une questions ? Laissez un commentaire ci-dessous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.